Barbalala suit sa 2nde année d'Instruction En Famille (IEF). Je lui enseigne le niveau CE1. Comme tu le sais, l'école n'est pas obligatoire, seule l'instuction de 6 à 16 ans l'est. Tous les ans, nous sommes contrôlés par l'inspection académique (IA) pour vérifier que les Barbaloulous reçoivent une instruction, ainsi que s'assurer de leur progression.

ia

L'an dernier, Barbalala n'a pas été contrôlée, car la date arrêtée tombait pile lors de notre déménagement (de région). Il y a peu, nous avons été contrôlés pour la toute première fois pour elle.

Ma chipinette était stressée, ne sachant pas à quoi s'attendre. J'avais beau lui expliquer que c'était mon instruction qui serait contrôlée, elle stressait. En fait, elle craignait de ne pas être à la hauteur et, que l'inspection académique l'oblige à intégrer une école.

Je dois être la reine des quiches, car rien de ce que je lui disais n'a suffit à la rassurer. (sic) Pourtant, c'était loin d'être mon premier contrôle.

En toute honnêteté, j'étais moi aussi un chouia stressée. C'est vrai quoi! Je ne savais pas s'ils étaient "open" IEF ici, ou bouchés comme un siphon de douche plein de cheveux. LOL

J'avais bien remarqué, qu'à la différence des autres académies, on ne m'a pas collé les sempiternels textes de lois sur mes obligations en IEF. Mais j'avais noté aussi, qu'à aucun moment, on ne m'a demandé mes choix éducatifs. Ce simple détail a suffit à me faire quelques noeuds au cerveau.

"Vais-je tomber sur un inspecteur méga relou?"

"Va-t-il imposer des tests comparatifs?"

"Sera-t-on écoutés ou jugés?"

Pour en avoir le coeur net, j'ai écrit à l'inspecteur pour souligner l'absence de renseignements sur nos choix éducatifs. J'en ai profité pour glisser les conclusions de la jurisprudence concernant les tests comparatifs. Croisement de doigts intense pour que ça ne flingue pas toute relation cordiale entre nous.

Le jour J, l'IA est arrivée (oui une femme avec un prénom mixte, donc je pensais rencontrer un homme! LOL ) avec une conseillère pédago. Je savais qu'il y aurait deux personnes. A peine ont-elles franchi le pas de la porte, que Barbouille s'est croûté et a déclenché son cri strident de sirène d'alarme incendie. Ambiance!

L'IA était d'une telle douceur et bienveillance qu'on ne pouvait que se sentir bien en sa présence.

Le contrôle était divisé en deux parties. L'IA avec moi pour déterminer mon instruction, mon organisation et consulter nos productions d'écrits. La conseillère avec Barbalala (en bout de table) pour déterminer à l'oral ses connaissances (j'étais OK).

J'ai précisé qu'on a débuté le niveau CE1 il y a quelques mois, ce qui n'a posé aucun souci.

A un moment, la conseillère demande à ma Barbalouloute si elle sait conjuguer au présent le verbe "manger". Par chance, les verbes en -er faisaient partie d'une de nos leçons récentes. J'instruis de façon plutôt rigolote, afin d'enregistrer grâce aux émotions. C'est pourquoi, Barbalala lui répond après avoir récité la conjugaison de "manger" :

- Moi, j'en connais un autre de verbe en -er !

La conseillère :

- ah oui? lequel? parce qu'il en existe beaucoup!

- péter! Je pète ....e, tu pètes....e-s, il/elle pète....e, nous pétons....o-n-s, vous pétez....

là, elle marque une pause, rigole et lance:

- j'espère que vous n'avez pas pété là!

Fou rire général!

Conclusions:

Barbalala est une petite fille épanouie, ouverte au monde, téméraire, volontaire, travailleuse et autonome. On ne peut que constater qu'elle reçoit une instruction. La relation mère/enfant qui devient prof/élève ne pose aucun problème d'entente.

Pour ma part, j'ai trouvé que le programme CE1 en français est trop indigeste en grammaire. Elles ont toutes deux reconnu que c'était lourd. A priori, à la rentrée scolaire prochaine, il sera divisé pour basculer en partie en CE2.

Finalement, ce contrôle s'est superbement bien passé. Barbalala est totalement rassurée et en a parlé avec fierté à Barbapapa pendant près d'une heure.